Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Ain"

Saint Trivier sur Moignans

On a trouvé à Saint-Trivier, un cippe creusé dans la pierre dure, de 3 m. de long, un de large, 1 de haut, il porte une inscription faisant connaître que ce serait le tombeau d’un nommé Pétronius. On ne sait rien du personnage ni comment cette tombe se trouvait là.

Saint-Trivier-sur-Moignans est une ville très ancienne qui doit son nom à un moine qui évangélisa la Bresse et la Dombes au VIe. siècle et mourut dans cette localité le 16 janvier 550.

La terre de St-Trivier faisait originairement partie du patrimoine des anciens comtes de Forez et de Lyon, elle passa au XIe siècle aux sires de Beaujeu, au XIIe aux Chabeu qui prirent le nom de St-Trivier, puis successivement aux de Lugny, de la Chambre, de Cléberg, de Chalon, Moirou.

A partir de 1651, elle appartint avec sa justice aux pauvres de la Charité de Lyon par donation des seigneurs du lieu. Elle fut cédée en 1770 à M. de Tavernost.

Avant 1790, St-Trivier-sur-Moignans était le ch. l. de la première châtellenie de Dombes. Anne de France y avait établi, en 1512, un marché le jeudi de chaque semaine. La ville était close de murailles et entourée de fossés ; ces derniers sont comblés et les premières en grande partie abattues, elles existent sur une centaine de mètres à l’extrémité S. du bourg ; on y remarque surtout plusieurs rangées de briques triangulaires entrecroisées.

Quant au château, qui était déjà construit au commencement du XIIIe siècle, il est complètement détruit.

L’église, placée sous le vocable de Saint-Denis et de St-Trivier a été reconstruite presque en entier en 1733, avec les débris de la chapelle de Saint-Michel d’Ainay à Lyon.

En 1762, la ville ne comptait que 70 feux dont plus de la moitié étaient ceux de pauvres veuves retirées là pour y jouir des aumônes qu’y distribuaient les recteurs de la Charité de Lyon.


Sources:

- Archives-numerisees.ain.fr

Posté le 17-11-2013 16:00 par Jimre

Saint Trivier sur Moignans

 

Sous l'ancien régime, St Trivier sur Moignans était une baronnie importante regroupant cinq paroisses et douze seigneuries. Dès le XIVe siècle, vraisemblablement, la ville était défendue par un rempart fortifié. Il permettait aux seigneurs et à la population locale de se réfugier en cas de conflit. Cette enceinte en "carrons savoyards" était alors flanquée de quatorze tours et encerclée par un fossé en eau, alimenté par un étang voisin. Trois portes, aujourd'hui disparues, permettaient d'accéder à la ville : les portes de Lyon au sud, de Châtillon au nord et de Montmerle à l'ouest. Après le démantèlement des remparts, plusieurs constructions de la ville ont été élevées en partie avec les carrons provenant des murailles. En remontant la rue Montpensier jusqu'à la mairie puis en tournant à gauche, rue de la République, vous pourrez observer différents bâtiments construits avec de la brique dont une maison à encorbellement et un puits. Au gré des époques, usages et des enjeux, ces remparts ont été considérablement modifiés. Ces changements s'observent aussi dans la cour de la ferme, propriété de la commune de St Trivier. Adossée aux remparts, la belle façade XVIIe, avec sa succession d'arcades, rappelle celle du château de Bouligneux. Au XVIIe siècle, des magasins occupaient la partie basse des bâtiments et l'étage, accessible par un escalier rustique aux marches imposantes en bois, servait de greniers à grain pour la bourgade rurale. Cette utilisation publique a sauvé cette partie de remparts à la Révolution, Quant au pigeonnier, déjà mentionné en 1746, il a été bâti dans une des quatorze tours d'origine. Dans sa partie supérieure, il a gardé des nids et un reste d'échelle tournante.

Aux XVe et XVIe siècles, les remparts, appelés "fortifications bastillonnées, étaient de simples murs retenant une importante masse de terre. Cette masse de terre devait absorber le choc des boulets, ce que la muraille ne parvenait plus à faire. Les remparts médiévaux de St Trivier, construits aux XIIIe et XIVe siècles n'ont pas été conçus comme cela, car les canons étaient moins puissants.

Article d'après les panneaux situés sur le site.

 

Posté le 21-06-2009 17:57 par Jimre


  • - Cette galerie d'images charge des photos en nombre et en taille variable. Veuillez patienter jusqu'à la fin de leur téléchargement afin de les afficher.
  • - N'hésitez pas à cliquer sur une image réduite, vous pourrez ainsi afficher une photo de plus grande résolution.
  • - Il est possible de lancer un diaporama de cette galerie de photos en lançant la lecture grâce à ce bouton : .
  • - Les boutons + et - permettent de régler la vitesse du diaporama et il est possible de le mettre en pause.
  • - Les boutons next et previous permettent de changer d'image, en affichant respectivement l'image suivante ou l'image précédente.