Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Drôme"

Pierrelatte

La Ville de Pierrelatte (et son territoire soit 4956 hectares) constitue la pointe Sud-Ouest du département de la Drôme. Bordée à l’Ouest par le Rhône et les collines ardéchoises, Pierrelatte occupe la plus grande partie de la vaste plaine alluviale formée par le fleuve dans sa partie tricastine. Au nord Donzère, à l’Est La Garde Adhémar et Saint-Paul-Trois-Châteaux, capitale du Tricastin antique, au Sud Bollène et Lapalud (département du Vaucluse) sont les communes voisines de la cité. Entourée de ces palissades montagneuses, recouvertes d'immenses forêts verdoyantes et giboyeuses, la plaine tricastine débouche au sud du Robinet de Donzère. À l'ouest, c'est une vaste étendue marécageuse, arrosée largement par le Rhône.

L’emprise globale de Pierrelatte ne remonte néanmoins qu’à la Révolution française. Jusqu’à la formation des départements en 1791, une frange importante de la rive gauche du Rhône est bourguésane (Bourg-Saint-Andéol) et fait partie, de fait, du Languedoc.

Au milieu de la plaine pierrelattine, Le Rocher de Pierrelatte, est fait d’un calcaire urgonien. Il est sans conteste à rapprocher des rochers qui forment le défilé de Donzère, plus au nord.  C’est auprès de lui, que naît Pierrelatte, nom dérivé du latin « petralapta » (pierre large).

La légende, comme Rodolphe Bringer l’évoque en 1936, veut que cette pierre ait été jetée là par le géant Gargantua.  Un géant, le Grand Gargantian, que Rabelais appela plus tard Gargantua, venait d’un pas de franchir les Cévennes, quand il sentit une gêne dans sa chaussure. S’étant assis sur la « Dent de Resse », le mont Ventoux, il ôta son soulier et y trouva un gravier (proportionnel à la taille du Géant), qu’il lança par-dessus le Rhône. Il tomba là où il se trouve aujourd’hui.

Mais comme dans toute la région, Pierrelatte voit passer les Ligures, les Celtes, qui apportent avec l'Empire romain la civilisation.

Avec le Moyen Âge s'installe le régime féodal. Le bourg primitif se développe au sud, entouré d’une ceinture de murs en forme d’hémicycle dont la base était le Rocher.

Une forteresse est construite sur le Rocher mais de celui attesté au XIIIe siècle, il ne reste rien.

La chapelle des Pénitents située au pied du Rocher et à l’intérieur du premier rempart, est en partie datée des XIIe siècles ou XIIIe siècles.

Au-delà du premier rempart du château, une deuxième muraille de protection est construite, sans doute vers le XVe siècle. Elle permet de protéger la population habitant hors des murs et de lutter contre les brigands et les pillards. L’intervalle entre les deux murs prit le nom de ville neuve par opposition à la ville vieille. Du premier rempart qui ceinturait le bourg, subsistent quelques vestiges rue de l’Archange, dont une tour décorée intérieurement d’étranges graffitis.

Avec les seigneurs, coseigneurs et plus tard consuls, la « charte d'affranchissement » permet aux habitants de désigner leurs représentants, aux pouvoirs limités toutefois : la commune est née.

Au début du XIVe siècle, les Templiers développent et rénovent l'agriculture dans la plaine.

Jusqu’en 1450, le château de Pierrelatte et les territoires avoisinants sont aux mains de plusieurs seigneurs ou coseigneurs puis le Dauphin, futur Louis XI, réunit la seigneurie de Pierrelatte au Dauphiné puis au domaine royal. On lui doit l’agrandissement du château, la construction de chapelles en son sein et probablement la construction ou la reconstruction d’un  deuxième rempart protecteur pour la cité, qui a partiellement subsisté rue des Remparts du Midi, du Nord, de l’Ouest.

François 1er devra d'abord louer Pierrelatte à de Reymond, puis la vendre au baron de la Garde. De cette époque « moderne », subsiste aussi une imposante porte cochère, rue du Château, seul vestige d’un hôtel particulier appelé communément « maison des Gouverneurs ». Cette porte daterait de 1548. Des éléments architecturaux antiquisants (chapiteaux, fronton,….), de grandes similitudes avec un portail du château d’Urfé dans la Loire, qui lui est parfaitement daté de 1549 laissent effectivement augurer une construction « Renaissance ». Dans cette demeure, dit-on, dormait le baron de la garde car il trouvait le château peu confortable. Plus tard, ce bâtiment servit d’hôtel des impôts et de cartonnage.

Les guerres de religion vont alors ensanglanter toute la plaine. L'insuffisance des ressources pour nourrir les soldats en garnison se fera sentir. En 1562, la ville est prise et pillée par le baron des Adrets, et ses défenseurs massacrés.

Mais en 1599, Pierrelatte,  rachetée par les habitants est de nouveau donnée au Roi.

De grands personnages se succèdent comme seigneur de Pierrelatte, rien moins qu’Henri IV à la fin du XVIe siècle, puis Louis XIII jusqu‘en 1637. C’est sur l’ordre de ce dernier, en 1633, que le Cardinal de Richelieu fera démanteler la forteresse. Il faut de l'argent ! Toujours de l'argent ! Louis XIII imposera la communauté sous la forme de "rachat" et une fois encore les habitants de Pierrelatte interviendront et offriront la Seigneurie au Prince de Conti, neveu de Mazarin.

Les habitants et les consuls qui les représentent ne peuvent que constater l’endettement endémique de la communauté.

Les vagues de peste, les mieux connues de 1629-1631 et 1652 frappent durement. En 1652, le prêtre en omet de mentionner les décès dans son registre. Il écrit : « octobre, novembre et décembre vacquent à cause de la peste ».

Au lendemain des guerres de religion, est mentionnée dès 1617, l’existence d’une confrérie de pénitents blancs, à laquelle est dévolue la chapelle du même nom. Il s’agit de laïcs, tout comme la « Jeunesse » qui forme ce que l’on appelle « une abbaye joyeuse », qui joue, entre autres, un rôle important dans l’organisation des festivités communautaires. Cette « abbaye » perdure jusqu’en 1786.

La deuxième moitié du XVIIe siècle voit la communauté sortir un peu du marasme et son souci dans la recherche de la protection des grands du royaume ne se dément pas. En 1654, la seigneurie est dévolue à Armand de bourbon, prince de Conti, membre de la famille royale, marié à une nièce de Mazarin. Avec la seigneurie, le prince acquiert plusieurs importants domaines agricoles avec granges attenantes (la Dalgonne, le Marais, la Quarrée, la Petite Blâche) ainsi que le bois des Blâches. Il décède en 1666. Ses descendants ont le souci de travailler à l’amélioration des rendements agricoles, d’où les premiers projets de création d’un canal d’irrigation par dérivation d’une partie des eaux du Rhône.

La communauté, quant à elle, voit ses droits et libertés réaffirmés en cette seconde moitié du XVIIe siècle. En 1674, elle acquiert une maison encore visible à l’angle des rues Bringer et Conti. Cet édifice a conservé d’imposantes gargouilles zoomorphes et quelques encadrements intérieurs datant probablement du XVe siècle. Sur la façade principale, une coquille de Saint-Jacques sculptée surplombe deux corbeaux. Peut-être témoigne-t-elle d’une ancienne fonction d’accueil de pèlerins. Le reste des façades sur rues, l’escalier intérieur ont été repris aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cet édifice servit de presbytère pendant deux siècles.

Dans les années 1690, le premier canal de dérivation des eaux du Rhône entre en activité et donne une dimension nouvelle aux rapports de Pierrelatte avec l’eau. Le territoire de Pierrelatte est encadré par le Rhône à l’ouest (même si jusqu’à la Révolution, cette rive gauche du fleuve n’est pas administrativement pierrelattine), la Grande Berre au Nord, les Echaravelles à l’Est. La Ville, elle-même, est cernée par la Petite Berre à l’Ouest, le Beal des Moulins et le Burgidon à l’Est et au Sud. Le Beal pour sa part longe même les remparts sud dont il en constitua le fossé.

La fonction du canal est surtout d’actionner les moulins de La Garde Adhémar, Pierrelatte et Lapalud, et ensuite d’irriguer.

Succède, en 1783, aux Bourbon-Conti, le comte de Provence, frère du roi et futur Louis XVIII. Il est seigneur de Pierrelatte jusqu’à la Révolution.

A la Révolution, les Sociétés Populaires sont créées. Les terres sont vendues aux citoyens. La première mairie est mise en place.

En 1814, la seigneurie est redonnée au futur Louis XVIII.

En 1816, le Rocher, site du château est la propriété du dénommé Jacques Xavier Pradelle, puis de son fils en 1842. Son exploitation sous forme de carrière devient dès lors intensive, au profit essentiellement des Ponts et Chaussées et de l’entretien des routes, et le Rocher commence à progressivement disparaître.

En 1852, la voie ferrée marque le début de la prospérité.

Dans le courant des années 1920, le Rocher est racheté par la municipalité et, après la Libération, la renommée de Pierrelatte est étroitement liée à la construction du canal de Donzère–Mondragon et à l'installation du site nucléaire du Tricastin.

La sauvegarde du château ne prend vraiment corps qu’à partir de 1913. La première motivation est de perpétuer ce qui a donné son nom à la Commune.

Mais l’acquisition par la celle-ci n’est effective qu’en 1919 pour 12 000 francs.

En 1921, le Rocher est classé « site naturel de caractère artistique ». Il accueille cette même année ses premiers spectacles.

Vers 1955, un château d’eau, aujourd’hui désaffecté, vient combler une grande échancrure au nord.

 

Sources: 

- Ville de Pierrelatte

- Wikipedia

- Office du tourisme de Pierrelatte


Photos:

- Jimre (2012)

Posté le 09-12-2013 20:36 par Jimre


  • - Cette galerie d'images charge des photos en nombre et en taille variable. Veuillez patienter jusqu'à la fin de leur téléchargement afin de les afficher.
  • - N'hésitez pas à cliquer sur une image réduite, vous pourrez ainsi afficher une photo de plus grande résolution.
  • - Il est possible de lancer un diaporama de cette galerie de photos en lançant la lecture grâce à ce bouton : .
  • - Les boutons + et - permettent de régler la vitesse du diaporama et il est possible de le mettre en pause.
  • - Les boutons next et previous permettent de changer d'image, en affichant respectivement l'image suivante ou l'image précédente.