Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Hautes-Alpes"

Tallard


Histoire


Le village de Tallard fut cité pour la première fois dans une charte du VIIe siècle et signifiait « ville vieille » ou « ville haute » dû à sa situation géographique initiale, en position défensive (sur le flanc de colline en face du village). La découverte en 1865 d’un dolmen à proximité de l’emplacement actuel de l’aérodrome et datant de 2000 à 2500 avant J.C. témoigne de la présence d’une population préhistorique dans ce secteur. Le dolmen est exposé aujourd’hui au Musée Muséum Départemental de Gap. Ce qui témoigne d’une population présente dès la fin de la préhistoire.

En 739, Charles Martel pourchassa les Sarrasins de Provence et des Alpes. Pour le remercier, le pape lui offrit « les Clés de Saint Pierre » (clés du paradis) qui seront honorées sur le blason de la famille Clermont-Tonnerre.

Entre le VIIIe siècle et le Xe siècle, les Sarrasins, installés en Italie ou au Fraxinetum, contrôlaient  les Alpes, se livrant au pillage et rançonnant les voyageurs qui empruntaient cette voie de passage. Ils étaient là pour arbitrer les conflits, monnayant leurs services, ou agissant pour leur propre compte.

Tallard était un passage obligé pour leurs allées et venues. Cette époque de troubles obligea les populations à se protéger sur les hauteurs 

Sous le règne des Princes d’Orange, les Tallardiens descendirent dans la vallée et élevèrent une tour en bois en haut d'une butte, tour de défense, sous laquelle la population se réfugia peu à peu, pour se protéger mais aussi pour le côté pratique vis-à-vis du commerce. Ce sera plus tard l’emplacement du château.

À partir du Xe siècle, Tallard va se protéger des brigands et des voleurs en élevant des remparts, dont on peut voir encore les traces. Le Reynaudia (ruisseau qui vient du nord) encercle les remparts et des portes qui venaient s'appuyer contre les murailles permettaient de pénétrer dans le village. L'entrée se faisait à la Porte Belle, dont on voit la maison du gardien. C'est lui qui autorisait ou non le droit de passage dans le village.

Les Princes d’Orange accordent une Charte de Liberté aux Tallardiens en 1209. Les Tallardiens gardent les clés de la ville. En 1215, Tiburge, veuve du Prince d’Orange, et son neveu vendent tous les droits et la seigneurie de Tallard aux Chevaliers de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem (anciennement appelés Ordre de Malte) qui vont jouer un rôle de charité, combiné avec l’ordre militaire et religieux. Ils vont protéger les pèlerins et les voyageurs. Leur Commanderie va siéger pendant 107 ans. En 1322, les Chevaliers échangèrent Tallard contre un comté situé en Sicile qui appartenait à Arnaud de Trians, neveu du Pape Jean XXII et maréchal de justice à Avignon.

Arnaud de Trian (1280-1350) fut le premier seigneur de Tallard. Il va créer une imposante forteresse, avec l’édifice préexistant à savoir le corps de logis seigneurial flanqué de tours notamment du donjon. Sa petite-fille Anne de Trian, seule héritière, épousa en 1375 Antoine de Sassenage. Ils deviendront les nouveaux seigneurs de Tallard. Leur fille unique, Françoise, épousera en 1439 Antoine de Clermont, issu d'une grande famille du Dauphiné.

Héritier du château, Bernardin de Clermont (1440-1522), qui épousa une riche héritière Anne de Husson Tonnerre en 1496, va agrandir le château en y ajoutant la salle des corps de garde, la chapelle seigneuriale, le châtelet d’entrée, le parc de la Garenne et les écuries du château qu’il va faire construire en dehors du château, dans le village médiéval, par manque de place. Durant les Guerres de religion, les Clermont s’exilent ; le château est mis sous la gouvernance de Bonne d’Auriac.

Après avoir été la cible de 25 ans de combat, le château a été affaibli. En 1600, Bonne d’Auriac (1550-1636) racheta le château, puis son fils Camille d’Hostun (1652-1728), héritier par sa mère, va en être le nouveau propriétaire. Il est maréchal de France sous Louis XIV et n’est pas souvent présent au château.

En 1692, le Duc de Savoie, ennemi de Louis XIV, attaqua le château et le village avec ses troupes ; le château va être quasiment détruit et sera laissé à l’abandon jusqu’en 1897, où Joseph Roman, un historien archéologue, le racheta. Il va classer la chapelle aux Monuments Historiques, va mettre une toiture d'appoint sur la salle du corps de gardes pour éviter qu’elle ne s’abime, et va reboiser le Parc de la Garenne.

En 1927, Blanche de Clermont Tonnerre, qui passait dans les Alpes, apprend que ce château appartenait à ses aïeux et le racheta. Elle s’installe à Tallard avec sa petite nièce, Marie-Christine de Bourbon Sicile. À sa mort en 1944, sa nièce hérite mais elle n’a que 10 ans et elle est éduquée ailleurs. Dans les années 1950, le prêtre Richard Duchamblo demeurant à Tallard et sensibilisé par le patrimoine décide de sauver le château et retrouve la petite nièce de Blanche de Clermont Tonnerre. Il faudra attendre sa majorité (21 ans) pour que la mairie rachète le château en 1957. Le corps de garde est classé monument historique en 1958. À partir de là, des restaurations vont être entreprises:

1961 : la toiture de la salle du Corps de Garde est refaite ;

1964 : Restauration de la Chapelle Saint Jean ;

1968 : Consolidation du cœur du logis seigneurial, puis classement de l'ensemble du château en 1969;

1988 : Restauration de la tour des escaliers ;

1999 : Restauration des Courtines ;

2012 : Début des travaux de restauration de la salle souterraine à la salle des gardes.

Concernant le village, on y observe une évolution importante au fil des siècles. À partir du Xe siècle, des remparts ont encerclé le village ainsi que le ruisseau le Reynaudia (ruisseau qui vient du nord). Des portes permettaient de pénétrer au cœur de la cité médiévale, surmontées d'un pont-levis. Un gardien autorisait ou non le droit d'entrer. Après les Guerres de religion, au XVIIe siècle, les entrées des maisons, qui s'appuyaient contre les murailles, vont s'ouvrir peu à peu. Des ouvertures vont être pratiquées, d'abord à l'étage, puis au rez-de-chaussée, lorsque le ruisseau du Reynaudia, qui se jette encore dans la Durance, sera recouvert d'une voûte.

Autrefois, la Durance arrivait au pied du village de Tallard. Pour accéder à leurs terres, les paysans étaient obligés de traverser la Durance à l'aide d'un bac, tel qu'il en est attesté en 1291. Un autre est établi pour la desserte du hameau des Boulongeons à partir du bourg, pour 20 passages par jour, au XIXe siècle. Un passeur faisait traverser la rivière à la « Porte Durance ».

À la Révolution française, on va dévier le lit de la Durance pour accéder directement aux jardins, qui seront surnommés « Les conquêtes ». En 1860, le premier pont qui traverse la Durance est construit mais il sera emporté par la crue des 31 mai et 1er juin 1877.

Dans le centre historique, les ruelles étaient très étroites ; tellement étroites que l'on pouvait se faire passer des affaires en tendant une corde entre les fenêtres des maisons. Aujourd'hui encore on peut observer ce schéma dans le village. Dans certaines maisons, les caves communiquaient entre elles. C'était un moyen stratégique, en cas d'attaque, de se déplacer sans être vu en surface.

« La Placette » était la place principale du village. Elle y réunissait les commerces tels qu'un marchand de chaussures, une boucherie, trois épiceries, une matelassière ou encore un ferblantier. Un puits était présent à l'entrée de la rue, on peut y voir ses vestiges depuis les caves. Il a été rebouché pour des raisons de sécurité et de circulation. À partir de 1960, le petit bourg perd de son intérêt et les commerces vont s'installer à l'extérieur des remparts sur l'esplanade.

L'ancienne mairie du village se situait au bout de la Placette, à l'angle de la rue Chevalerie et de rue du Mazel, qui abritait les triperies. En raison des odeurs nauséabondes et du manque de place, la mairie sera déplacée en 1912 dans les locaux actuels de la Poste. Cette maison fut appelée « la Couronne », dû à l'emplacement de la mairie au 1er étage et la justice de paix au rez-de-chaussée. La mairie sera ensuite déplacée définitivement en 1980, sur la Place Charles de Gaulle, à l'ancien endroit de l'école communale.

 


Sources :

- Article presqu'entièrement retranscrit de Wikipédia

- Château de Tallard

-Châteaux de Provence de Serge Panarotto - Edisud


Photos:

- Jimre (2012)

Posté le 11-04-2012 11:56 par Jimre


  • - Cette galerie d'images charge des photos en nombre et en taille variable. Veuillez patienter jusqu'à la fin de leur téléchargement afin de les afficher.
  • - N'hésitez pas à cliquer sur une image réduite, vous pourrez ainsi afficher une photo de plus grande résolution.
  • - Il est possible de lancer un diaporama de cette galerie de photos en lançant la lecture grâce à ce bouton : .
  • - Les boutons + et - permettent de régler la vitesse du diaporama et il est possible de le mettre en pause.
  • - Les boutons next et previous permettent de changer d'image, en affichant respectivement l'image suivante ou l'image précédente.