Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Rhône"

Chamelet

Histoire:

Invasions

La haute Azergues a été préservée des grandes invasions et des passages des troupes nombreuses par son col accidenté et par l’absence des voix de communications. Entre Chamelet et Allières le seul chemin qui existait par la Croix de fer, ne pouvait être utilisé que comme piste pour les cavaliers et les transports à dos de mulets. C’est une des raisons pour lesquelles nous ne relevons pas traces du passage de ces mouvements de populations et de troupes avec leurs chars, leurs bagages, leur matériel ; d’ailleurs, Chamelet était une ville forte qui commandait le passage dans un sens comme dans l’autre. Cependant, il ne faudrait pas en conclure qu’il n’y a pas eu d’infiltration plus ou moins pacifique de tribus étrangères, qui, à la longue, se sont fondues avec la population autochtone en perdant partiellement les caractères de leur race. En effet on retrouve un peu partout, mais surtout à Saint Nizier, Cublize, Saint Just d’Avray et Chessy, de nombreuses personnes qui rappellent par les traits du visage, la chevelure, les yeux, la forme de la tête, etc., le type sémitique.

C’est très probablement la colonie arabe qui a exploité les mines de Chessy qui a aussi donné à notre rivière un nom arabe « al zerga, les eaux vertes, qui a fait Azergues.

Chamelet eut à l'origine des Seigneurs qui reconnaissaient la suzeraineté des archevêques de Lyon, puis des sires de Beaujeu, avant de rejoindre le royaume de France.

Au VIIIème siècle, lorsque Charlemagne avait imposé la dime, il avait été convenu qu’un tiers devait être consacré au traitement des prêtres, un autre à l’entretien des églises et le dernier au soulagement des pauvres. Mais les dimes avaient été détournées de leur destination. A peu près partout les nobles s’en étaient emparés. A Chamelet, elles furent d’abord levées par le Chapître de Saint Just à Lyon ; le seigneur Vaurion les leur acheta et se chargea de la portion congrue des curés de Chamelet, Lestra, Saint Just d’Avray, mais de l’entretien de l’église et du soulagement des pauvres, il n’en est plus question.

Le village de CHAMELET est cité dans les documents anciens dès le Xe siècle.

Dans les notes de Mulsant au sujet de Chamelet nous trouvons le passage suivant :

« Chamelet, paroisse du diocèse de Lyon, une des plus anciennes châtellenies du Beaujolais qui comprenait vers 1350, les paroisses de Chamelet, Lestra, Cogny, Saint Just d’Avray, Grandris sauf Gondras et partie de Saint Bonnet.

Au début du XIIe siècle, la châtellenie de Chamelet est cédée par Guigues d'Albon à Guichard III de Beaujeu.

Vers 1193, Guichard IV de Beaujeu prête l'hommage lige à l'archevêque de Lyon pour ses terres de Chamelet.

Chamelet à la fin du 14ème siècle

Elle fût cédée à noble Jehan de Nagu, seigneur de Magny, par Antoine, sire de Beaujeu moyennant 730 florins d’or.

Edouard II, successeur d’Antoine ne tenant aucun compte de cette cession, vendit la châtellenie de Chamelet à Louis de Sancerre, maréchal de France.

Jehan de Nagu résista et Edouard fut obligé de traiter avec lui moyennant une somme pour le paiement de laquelle il obligea tous ces biens par actes du 13 juin 1389. »

Les Nagu, capitaines châtelains de Chamelet

Jehan de Nagu, seigneur de Magny, d’ancienne noblesse, était en 1356 à la bataille de Poitiers aux côtés du roi Jean le Bon. Son fils Louis de Nagu, chevalier, seigneur de Magny, lui succède. Il testa le 7 octobre 1414 et fut enterré dans l’église de Chamelet.

Les armes des Nagu étaient d’azur avec trois losanges rangés d’argent et ont figurés dans l’église de Chamelet.

En 1400, Édouard meurt sans enfant; son héritage revient à son oncle Guillaume ( - 1406).

Le fils et successeur de Guillaume, Édouard, épouse en 1430 Jacqueline, dame de Lignières.

Leur fils et successeur Jacques, baron de Lignières, épouse Jacqueline Juvenal des Ursins.


Une histoire du brigandage dans la région: L’assassinat de deux routiers de la gendarmerie royale à Saint Just d’Avray en 1434.

Rémission accordée par Charles VII pour le meurtre de deux hommes d’armes à cheval de la compagnie de Rodrigue de Vilandrando à Saint Just d’Avray en Beaujolais (archives royales)

Le document est long et touffu, voici un résumé.

En 1434, deux hommes d’armes à cheval s’arrêtent à Saint Just d’Avray et demandent à manger et à coucher à l’hôtel Anthoine de Saint Pol. Lorsqu’ils eurent soupé et pansé leurs chevaux, ils s’endormirent sur la litière à coté de leurs montures. Anthoine qui les croit porteurs d’or et d’argent, ne perd pas un instant, avertit des camarades qui, dans un conciliabule tenu dans la chapelle de Saint Laurent, décident de tuer les deux hommes, un vieux et un jeune. Anthoine et ses quatre complices, Jean Baron, Martin Dumont, Barthélemy Clavel et Perrenin Fournier entrent brusquement dans l’écurie, ligotent les deux routiers endormis et les emmènent avec leurs chevaux au milieu des bois de Sapey, vers minuit, Fournier dit aux deux hommes de se confesser l’un à l’autre ; ils refusent. On coupa la gorge du plus âgé avec sa propre épée et le plus jeune fut poignardé avec son propre couteau. On dépouilla les deux hommes de leurs armes et de leurs vêtements mais il parait qu’on ne leur trouva pas un seul denier ; puis chacun rentra chez soi. Martin emmena les chevaux dans les bois de Frainier au bout de 2 ou 3 jours, puis les complices se réunirent à l’hôtel des Salles, décidèrent que Martin et Perrenin iraient vendre les chevaux à Vienne. Ils partent et en rapportent 9 bons écus. Quelques jours plus tard, nouvelle réunion aux Salles vers l’heure des nones (3heure de l’après-midi); ils se partagent les Neufs écus et les dépouilles de leurs victimes. 

13 ans plus tard, (1447) pris de remords et de crainte, n’osant revenir dans le pays, redoutant que leur crime soit découvert et châtié par le duc de Bourbon, ils demandent au roi Charles VII de leur pardonner étant tous bons paroissiens de Saint Just d’Avray et de Chamelet. Le pardon fut accordé le 10 février 1447. L’assassinat de ces deux hommes d’armes de la gendarmerie royale s’explique par le fait que les soldats (réguliers et irréguliers) vivaient sur le pays « pillant et robant ». Souvent ils faisaient prisonniers les habitants et les torturaient pour leur faire avouer où ils cachaient leur argent. Même à l’approche des soldats du roi, les bonnes villes fermaient leurs portent et les bourgeois prenaient les armes. Civils et soldats étaient en état de guerre.

Les assassins dérobent à leurs victimes les vêtements qui avaient grande valeur comme c’était la coutume.

En 1547, Philibert, baron de Lignières, fils et successeur des précédents, qui avait épousé Catherine d'Amboise, décède sans enfant; la châtellenie devient dès lors une possession de la Maison de France.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Bénigne Burtin de Vaurion est châtelain de Chamelet.

Quelques termes utilisés  au Moyen Age:

Impots – Cens, Servis, Laods (Notes)

Cens et servis = loyers payés par les sujets (emphytéotes = locataires perpétuels) au seigneur qui est propriétaire de toutes les terres ; payé en argent ou en nature

Compléments d’informations

* Laoud :

Droit équivalent à la valeur de 6e de la valeur de la propriété qui se payait au seigneur à chaque mutation de propriétaire (censive), quand l'héritage changeait de main par vente ou échange (laod, lod, los).

* Servis

Redevances annuelles que l'on payait pour toutes concessions accordées par le seigneur ou pour toutes terres jadis abénévisées et relevant de la directe du seigneur. Vers le 14ème siècle se confond avec le cens.


Sources :

- Site saintjustdavray.free.fr

- Site wikipedia.org


Photos:

Jimre (2012)


 

Posté le 03-11-2013 16:04 par Jimre


  • - Cette galerie d'images charge des photos en nombre et en taille variable. Veuillez patienter jusqu'à la fin de leur téléchargement afin de les afficher.
  • - N'hésitez pas à cliquer sur une image réduite, vous pourrez ainsi afficher une photo de plus grande résolution.
  • - Il est possible de lancer un diaporama de cette galerie de photos en lançant la lecture grâce à ce bouton : .
  • - Les boutons + et - permettent de régler la vitesse du diaporama et il est possible de le mettre en pause.
  • - Les boutons next et previous permettent de changer d'image, en affichant respectivement l'image suivante ou l'image précédente.