Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Vaucluse"

Gordes

Le village est perché sur un promontoire escarpé, avec ses maisons accrochées au mépris du vertige. Il doit ses remparts et son château à son site stratégique entre Ventoux et Lubéron, sur le bord méridional du plateau du Vaucluse.

Dominant la vallée du Coulon, Gordes,dès le XIe siècle, était une importante seigneurie qui commandait la vallée d'Apt et la plaine de Cavaillon.

Histoire:

L'origine de Gordes est liée au peuple celte des Vordenses qui érigent un oppidum défensif pour Cavaillon au sommet du roc où se trouve actuellement le village. Le nom de Gordes viendrait de Vordense qui se transforma en Gordenses puis Gordae et enfin Gordes.

Il reste encore plusieurs traces de l'importante occupation romaine comme le passage de la voie romaine de Carpentras à la vallée d'Apt au quartier des « Cousins », les vestiges gallo-romains du quartier des Bouisses (squelettes, amphores, colonnes) ou les substructions gallo-romaines au hameau des Gros.

Au VIIIe siècle, l’abbaye bénédictine de Saint-Chaffret est fondée par des moines de l'abbaye de Saint-Chaffre de Monastier-en-Velay sur les restes d'une ancienne cella détruite lors des invasions arabes.

La vue du château par le nord permet de voir qu'il ne subsiste pas que la partie Renaissance.

Depuis le XIe siècle, la masse impressionnante de son château couronne le village de Gordes.

Guillaume d'Agoult, l'un des premiers ancêtres de cette puissante famille féodale vassale des comtes de Forcalquier, qui couvrit de fortifications tous les villages environnants, le mentionne dans une charte datée du 30 novembre 1031 (texte original contenu dans le cartulaire de Saint-Victor de Marseille). Ses successeurs le renforcent jusqu'à en faire en 1123 un nobile castrum, le seul ainsi dénommé parmi les très nombreux châteaux avoisinants.

Au XIIIe siècle, Gordes rallie la maison de Savoie en se mettant sous la protection de Béatrix de Savoie à la suite d'une brouille avec le royaume de France. Celle-ci y établira une garnison (citée en 1258).

Au milieu du XIVe siècle, tout comme dans les villages environnants, les premiers remparts se dressent au pied des maisons. C'est l'une des répercussions de la peur engendrée par la guerre de Cent Ans. François Joseph de Rémerville de Saint-Quentin décrit en 1690 le village en ces termes : « Gordes, gros bourg fermé de murailles ».

À la suite de la mort du roi René, le comté de Provence est incorporé au royaume de France sous l'appellation de « province royale française » en 1481. Une insurrection éclate dans les anciens états des d'Agoult-Simiane et l'ancien comté de Forcalquier. Gordes se distingue par une forte opposition au centralisme français mais paie lourdement ses prétentions d'indépendance. Un an plus tard, pour le mariage de son fils, Jacques Raybaud de Simiane prend le titre de « Baron de Gordes ». Par la suite, l'ensemble de sa descendance garde ce titre sans qu'aucun texte connu ne parle d'une transformation de la seigneurie en baronnie.

La famille des Simiane, règne déjà sur le château depuis quatre siècles lorsque Bertrand de Simiane, vers 1525, décide de remplacer l'ancienne forteresse médiévale par un château de style Renaissance. Comme toutes les constructions de l'époque, il n'en garde pas moins des fonctions défensives avec de massives tours à machicoulis, car les guerres de religion seront terribles en Provence.

En 1544, des Vaudois incendient le monastère de Sénanque, abbaye cistercienne fondée en 1148 lors du mouvement de renaissance spirituelle et religieuse qui touche la région aux XIIe et XIIIe siècles

Gordes est l'un des premiers villages à accepter la Réforme protestante, choix très osé à l'époque vu la proximité d'Avignon.

Il est assiégé en vain par le Baron des Adrets durant les guerres de religion,

En 1615, Gordes est érigé en marquisat par Louis XIII en faveur de Guillaume de Gordes Simiane. Il est ainsi le fief des marquis de Simiane puis des ducs de Soubise et au XVIIIe siècle des princes de Condé.

En 1709, plusieurs documents attestent d'un hiver très rude qui a fortement pénalisé la population en détruisant récoltes (dont les oliviers), pots de stockage, cuves en pierre, etc. En 1720, la peste arrive à Marseille, l'année suivante, elle frappe déjà toute la Provence et arrive en Comtat Venaissin.

Dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, l'entretien des remparts qui entourent le bourg est peu à peu abandonné. L'un des cimetières est transféré en dehors de l'enceinte en 1755 à son emplacement actuel mais il n'est solennellement béni que le 27 mai 1855.

À la suite du décret du 25 juin 1793, le département de Vaucluse est créé le 12 août 1793. Il est alors constitué des districts d'Avignon et de Carpentras mais aussi de ceux d'Apt (dont Gordes fait partie) et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Les Simiane:

C'est l'une des plus anciennes et illustres familles provençales. Au début du XIIe siècle, ce fut Guiraud d'Agoult qui prit pour le premier le nom et les armes de Simiane. Ses descendants furent seigneurs d'Apt jusqu'au xve siècle.

Pour eux, les fiefs de Caseneuve et Gordes furent érigés en baronnie et marquisat. La branche de Gordes s'éteignit en 1738 avec Jacques II de Simiane, décédé sans enfant.



Sources:

- Les "Châteaux de Provence", de serge Panorotto, Edisud.

- Wikipédia pour les Simiane et Wikipédia pour Gordes

Posté le 01-02-2012 22:20 par Jimre


  • - Cette galerie d'images charge des photos en nombre et en taille variable. Veuillez patienter jusqu'à la fin de leur téléchargement afin de les afficher.
  • - N'hésitez pas à cliquer sur une image réduite, vous pourrez ainsi afficher une photo de plus grande résolution.
  • - Il est possible de lancer un diaporama de cette galerie de photos en lançant la lecture grâce à ce bouton : .
  • - Les boutons + et - permettent de régler la vitesse du diaporama et il est possible de le mettre en pause.
  • - Les boutons next et previous permettent de changer d'image, en affichant respectivement l'image suivante ou l'image précédente.