La Roche de Glun

Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Drôme"

La Roche de Glun

La Roche-De-Glun, cne du con de Tain. 

- Rocha de Glom, 1191 (Petit inv. des Dauphins, 29). 

- La Rocha de Gluin, 1194 (Cart. de Léoncel, 54).

- Rupes de Cleu, 1262 (Petit inv. des Dauphins, 61).

- Castrum Ruppis de Cluey, 1267 (Inv. des Dauphins, 35). 

- Castrum Ruppis de Cladio, 1274 (ibid., 34). 

- Castrum Ruppis de Gluey, 1304 (arch. de la Drôme, E 6oi).

- Ruppis de Clayo, 1340 (Choix de doc., 63). Castrum Ruppis Clivi, 1343 (ibid., 81 ). 

- Ruppes de Glodio, 1345 (Cart. Clayriaci, 93). 

- La Roche de Cliou, 1382 (Inv. de Saint-Apollinaire, 591). 

- Ruppes de Clivo, 1398 ( ibid., 230). 

- La Roche de Cluy, 1400 ( Choix de doc., 235 ).

- Ruppes de Gleyng, XIVe siècle (Reg. de la par. de Saint-Martin-en-Vercors).

- La Roche de Cluz, 1421 (Duchesne Comtes de Valentinois, 70).

Avant 1790, la Roche-de-Glun était une communauté de l'élection et subdélégation de Valence et du bailliage de Saint-Marcellin, comprenant les deux communes actuelles du Pont-de-l'Isère et de la Roche-de-Glun et formant une paroisse du diocèse de Valence 

Capella Ruppis de Clivo, XIVe siècle (Pouillé de Valence), 

Cura Rupis Clivi, 1540 (rôle de décimes), dont l'église était sous le vocable de saint Jean-Baptiste et dont les dîmes appartenaient au chapitre du Bourg-lèsValence, qui présentait à la cure.

La Roche-de-Glun était en outre une terre qui possédée de temps immémorial par les Clérieu et par eux léguée aux comtes de Valentinois en 1333, fut acquise, dix ans après, par les Dauphins qui, en ayant déjà le haut domaine, s'en étaient prévalus, l'année précédente, pour donner une charte de libertés aux habitants de la Roche-de-Glun.

Passée, avec les autres possessions de ces princes, à la couronne de France en 1349, cette terre fut donnée aux Poitiers-Saint-Vallier en 1467, puis, ayant fait retour au domaine, fut engagée presque aussitôt à cette même famille que remplacèrent en 1547 les Péronne. 

La Roche-de-Giun passa ensuite aux D'Arlod, qui en étaient engagistes dès 1596 et qui furent remplacés vers 1615 par les Jomaron, dont l'héritière s'allia, en 1658, chez les La Barge, qui donnèrent cette terre aux Grandis de Pommerol.

Ceux-ci dotèrent,vers 1750, de cette terre, une de leurs filles mariée chez les Des Isnards, qui la vendirent en 1776 aux La Grange, derniers seigneurs de la Roche-de-Glun.

Comprise en 1790 dans le canton du Bourg-lès-Valence, cette commune est entrée dans celui de Tain à la réorganisation de l'an VIII.

La commune du Pont-de-l'Isère a été distraite de celle de la Roche-de-Glun en 1866.

Il y avait, en 1404, 4o feux dans la terre de la Roche-de-Glun et la population de la communauté de ce nom se composait de 160 ménages en 1688, de 23o familles en 1789.

Le mandement de la Roche-de-Glun Mandamentum Rupis de Glun, 1550 (arch. de la Drôme, E 600) avait la même étendue que la communauté de ce nom et comprenait par suite les deux communes du Pont-de-l'Isère et de la Roche de Glun



Source:

- Dictionnaire topographique du département de la Drôme par J. Brun-Durand trouvé sur Gallica.fr


Photos:

- Jimre (2017)


Posté le 10-04-2021 13:11 par Jimre