Portes

Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Gard"

Portes

Ancien poste de garde et péage sur un col incontournable à l’entrée des Cévennes, ce château spectaculaire a grandi en suivant le destin des sires de Budos. Une première construction vers 1320, lorsqu’un oncle devient pape en Avignon, une seconde après les campagnes d’Italie d’où viennent les arcades de la cour. Enfin, vers 1600, l’ajout d’un logis neuf, accolé en bastion selon un plan inédit, qui reprend l’angle à 49 degrés de la proue des navires. Le marquis avait été vice-amiral de la Royale !

Facétie du destin, une mine faillit avoir raison du château surnommé le vaisseau des cévennes due à l’exploitation désordonnée du charbon, en 14-18 qui sapa le sous-sol…

Le village, puis en 1929 le château sont abandonnés au délabrement. Après des décennies de chantiers bénévoles, l’animation est revenue.


Source:

- livre "500 châteaux de France, un patrimoine d'exception" de Josyane et Alain Caissagne, textes de Sophie Bogrow, éditions de La Martinière.

Posté le 12-10-2021 16:05 par Jimre

Portes

Comme une proue dressée sur l’horizon, le majestueux château de Portes, élevé vraisemblablement à l’emplacement d’un oppidum gaulois, contrôlait autrefois le passage entre le bas pays et les montagnes. Véritable porte d’entrée des Hautes Cévennes parcourue par de nombreux touristes, le col de Portes et son château classé au titre des Monuments Historiques, surveillent l’ancien chemin dit de Régordane (aujourd’hui GR700), qu’empruntaient autrefois les pèlerins de Saint Gilles du Gard et les Croisés vers la Terre Sainte.

Portes est en effet une étape de ce chemin qui relie, sur plus de 240 km, le Puy en Velay à Saint Gilles du Gard, en passant par les hauts plateaux volcaniques, puis granitiques, des failles et bassins miniers cévenols, jusqu’aux plaines du delta du Rhône.

Dès le IVe siècle, ce chemin mythique conduisait les pélerins vers Saint Gilles, Rome ou Jerusalem. Vers l’an Mil, les bénédictins bâtirent abbayes, églises et prieuré, développant les échanges commerciaux et les parcours de transhumance. Villages et hameaux, hostelleries et fontaines se sont établis tout au long de son itinéraire, nous laissant un très riche patrimoine architectural.

Le château a connu de nombreuses phases de construction à partir du XIe siècle. La dernière fut l’édification du « Château-Neuf », bâtiment haut et énigmatique de plan triangulaire, adossé à la forteresse médiévale et construit en grand appareil de gré doré sur la base d’un éperon très effilé qui fait du « Vaisseau des Cévennes » une architecture spectaculaire et unique en Europe qui a défié plus de dix siècles d’Histoire.

Habités jusqu’au XXe siècle, le château et village se ruinèrent rapidement à la suite d’effondrements du sous-sol lié à l’exploitation intensive de la houille dans la région autour d’Alès pendant la Grande Guerre.

Le château demeure le seul vestige du village autrefois au pied du château, qui a été rasé et reconstruit 300 mètres plus loin à son emplacement actuel.

La restauration du château a été entreprise à partir de 1969 par l’association « Rennaissance du château de Portes ».

Aujourd’hui, la commune de Portes est située au carrefour de quatre territoires : trois départements (Gard, Lozère et ardèche) et le parc national des Cévennes, véritables terres de caractère, inscrit récemment sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Source:

- Panneau près du château


Photos:

- Jimre (2014)

Posté le 14-02-2016 21:15 par Jimre