Charousse

Cliquer ici pour accéder aux photos liées au chateau

Retour à la liste des châteaux du département "Haute-Savoie"

Charousse

Ruines de Charousse

Les vestiges dominent le cours de l’Arve, à 1000m d'altitude, au-dessus de Passy. Ils sont la propriété de la commune.

La position dominante de la fortification lui conférait une importance stratégique certaine, permettant de contrôler la vallée de Sallanches et la vallée de Montjoie.

Ce territoire montagneux est occupé dès l’époque gallo-romaine et durant le haut Moyen Age, comme le prouve la découverte de sépultures à dalles attestant la continuité de l'occupation humaine.

Au Moyen Age, la situation géographique de cette châtellenie est à l'origine de nombreux conflits puisque celle-ci constituait une possession des comtes de Genève dans les terres des sires de Faucigny. Des rivalités constantes s'exercent entre les comtes de Genève et les seigneurs de Faucigny, ajoutées aux revendications des comtes de Savoie qui possédaient des droits sur ce fief.

En 1225, un certain Guillaume de Charousse est présent à une sentence arbitrale. En 1250, un compromis entre Pierre de Savoie et Guillaume de Genève, a lieu. Le 19 juin 1250, Guillaume et son fils Rodolphe ordonnent à tous leurs vassaux de rendre leurs hommages, excepté celui de Charousse. Le 19 mai 1260, Pierre de Savoie réclame à Rodolphe, comte de Genève, les dépenses qu'il a faites en recouvrant le " Chastel de Charosse ". Le comte de Savoie avait, en effet, obtenu une part de la propriété du château.

En 1268, dans son testament, Pierre de Savoie lègue à son épouse le château de Charousse toute sa vie durant. A la fin du XIIIe siècle, la châtellenie est le siège des querelles entre les seigneurs de Faucigny et les comtes de Genève au sujet de la vallée de Chamonix. En 1291, des hommes de Chamonix se réfugient au château de Charousse.

Au traité de Saint-Georges-d'Espéranches, en 1308, le comte de Genève se reconnaît vassal du comte de Savoie. Au XVII e siècle, le château perd de son importance ; au XVIII e siècle, il tombe en ruine. Au XIXe, on élève à son emplacement une sorte de petit belvédère.

Description

Le château présente un plan polygonal à huit pans irréguliers, défendu par une pente naturelle très vive. Cet enclos, fermé par des murs de 2,50 m d'épaisseur, n'était accessible que par une porte munie d'échauguette et aboutissant au donjon quadrangulaire d'environ 10 m x 10 m.

Dans la cour intérieure, adossés au mur d'enceinte, se situaient les logements du châtelain, abritant deux chambres dont une chauffée.

Cet ensemble fortifié est très isolé et peu accessible, il a dû constituer au Moyen Age une véritable forteresse inexpugnable.


Sources fournies par Nano.M: 

-Châteaux et maisons fortes savoyards, Michèle Brocard - Elisabeth Sirot, Editions Horvath.


Photos :

- Nano.M (2022)


Posté le 18-10-2022 13:33 par Jimre